Brèves d'antan

Vagabondages généalogiques
#ChallengeAZ Ancêtres & cie ChallengeAZ 2020

de l’Yttrium à Marie Louise Le Drevo

De la chimie à la généalogie, tel est le thème de ce ChallengeAZ! A partir d’un élément du tableau périodique de Mendeleîev commençant par la lettre du jour, je vous présenterai, en 100 mots, l’ancêtre ayant le même numéro sosa que le numéro atomique de l’élément choisi.

En 1787, le lieutenant Carl Axel Arrhenius découvre une pierre noire près du village d’Ytterby en Suède, qu’il fait parvenir à des amis chimistes. L’un d’eux, Johan Gadolin, identifie 2 ans plus tard un nouvel oxyde, et c’est en 1828 que Friedrich Wöhler isole le métal par réduction du chlorure. Le nom de l’Yttrium a été choisi en hommage au village d’Ytterby. Il fait partie de la famille des métaux de transition et a une apparence métallique.

Carl Axel Arrhenius, Johan Gadolin, Friedrich Wöhler et l’yttrium

Pas de suédois ni de suédoise pour le sosa associé à l’yttrium, mais une lingère du golfe du Morbihan, plus précieusement une vannetaise pure souche, Marie Louise Le Drevo, sosa 39.

Ascendance et descendance de Marie Louise Le Drevo – Recherches personnelles

Marie Louise Le Drevo, sosa 39 (1843-1876)

Une vie bien trop courte pour Marie Louise Le Drevo ! Celle-ci se termine prématurément à 32 ans… Marie Louise a passé sa vie à Vannes. Elle est le née le 12 novembre 1843 et est la petite dernière des 8 enfants de Guillaume et Marie Joannic. Elle ne profite pas longtemps de sa mère, puisqu’elle décède l’année de ses 10 ans. Elle en a 30 lorsqu’elle épouse Joseph Mercier, qui a été zouave pontifical. Berthe, son unique enfant, pointe son nez à l’automne 1875. Pratiquement 1 an plus tard, elle est orpheline, Marie est partie le 20 octobre 1876.

Acte de décès de Marie Louise Le Drevo – Archives du Morbihan

Sources & crédits
Chemistry Learner – Yttrium
CNRS Le Journal – Le tableau de Mendeleïev : 150 ans d’histoire
Futura Sciences
Institut UTINAM – Xenon
Wikipedia – Carl Axel Arrhenius
Wikipedia – Johan Gadolin
Wikipedia – Friedrich Wöhler
Archives départementales du Morbihan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :